AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sadique Crazy Admin, Ellen Ô Sade, dite Hell

Aller en bas 
AuteurMessage
Ellen Ô Sade
T r a q u e u s e
T r a q u e u s e
avatar

Féminin MESSAGES : 163
INSCRIPTION : 19/06/2009
HUMEUR : Affamée

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Sadique Crazy Admin, Ellen Ô Sade, dite Hell   Dim 21 Juin - 19:27

    « Never taste for the forbidden fruit »





    Nom : Ô Sade
    Prénom: Ellen
    Age: Mordue à 20 ans, Je suis née en 1906, le 13 décembre, ce qui me fait 109 ans en réalité.
    Groupe: Mon tempérament m'a poussé vers ce clan qu'est celui des Traqueurs. Nous ne sommes pas un clan comme les autres, j'en suis une des principales meneuses, mais chacun fait sa vie comme il l'entend. Pourquoi avoir choisit cette voie? La vie comme la mort est un jeu...
    Profession: Je n'ai de profession que celle de mon espèce.. la traque. (ma fortune familiale m'évite cette bassesse qu'est le travail)

    Caractère :Je peux paraître douce et naïve, on m'attribuerait le bon dieu sans confessions si on ne me connaissait pas un peu plus..Jolie naïveté et fausse pureté qui cache bien mon jeu. Car je suis tout sauf naïve, je suis vile, délurée, sans limites et avide de tout ce qui peux briller à mes yeux. Que ce soit bijoux, places de choix, pouvoir, ou même les hommes..
    Et évidement le sang.
    Je suis une vraie petite fille de riche, gâtée avant même d'être née, J'ai toujours tout reçu, tout eu, et tout demandé. Aussi je veux toujours tout, très vite, et sans faute. Le problème c'est que l'on ne peu quand même pas tout avoir. Aussi cela fait de moi parfois (souvent) une demoiselle très colérique et exigeante. Je piétine, fulmine, crie, peut même griffer, gribouillais dans la petite enfance, jure (mais toujours avec classe) et empoisonne le monde.
    Je suis insupportable, énervante, insatisfaite, jalouse, envieuse, curieuse, menteuse, cachoteuse et encore beaucoup de mots en « euse » . Mais que voulez vous, Je suis aussi très belle, très intelligente, charmante et d'agréable compagnie quand je le souhaite.
    Je suis une jolie demoiselle très lunatique, il y a l'ange qui cache le démon, parfois le démon est là parfois l'ange. C'est un peu la loterie gagnante.
    Votre Ame Soeur: Lazlow fut mon âme soeur. Après sa trahison il est mon ennemis juré. [Mais qui sait..]
    Ses désirs :Passionnée, j'aime tout et veux tout, fanatique d'œuvres d'art, j'adore parcourir les expositions et galeries, revenir avec un tableau ou deux. J'adore les bijoux, aime beaucoup les porter mais en possède tellement que je ne pourrais même pas tout mettre en un mois. Les vêtements c'est pareil et même pire, les chaussures tout autant. En bref les choses de demoiselles m'enchantent.
    J'aime la musique et joue du violon, un violon qui appartient à ma famille depuis des générations.
    Amoureuse de la vie, des hommes et de toute formes de plaisirs, j'aime charmer profiter de tout, repousser sans cesse les limites et le chocolat au lait.

    Mais très de plaisanterie.. je ne suis pas que cette gamine pourrie gâtée. Je suis aussi une grande manipulatrice, une femme dangereuse. Mais alors complètement, j'adore manipuler les gens, les tester, épuiser leurs forces, repousser leurs limites en les regardant s'énerver avec un sourire malsain.
    Ma passion principale est la traque. Traquer les pauvres créatures humaines, faibles et apeurées.. Une odeur m'attire, et je fond sur ma proie.. Je me joue de voir ces petites choses courir et fuir.. j'aime les traquer sur tout le continent, même tous LES continents..
    Une seule chose peut être plus jouissive que la traque.. la capture..
    La morsure.

    Ses peurs:S'il y a une chose que je ne supporte pas, ce sont ces abrutis de végétariens. Quelle idée de renoncer à sa propre nature? Ces vampires là sont pitoyables, ce ne sont que des ratés.. se rabaisser à faire partie de la communauté humaine.. pitoyable.. les hommes je les prends et je les jette, vides.
    Je tien aussi parfaitement en horreur les gens qui portent des imitations, car on voit qu'ils n'ont pas l'argent qu'il faut, ils essayent de le cacher. L'argent et le prestige, on l'a, ou on ne l'a pas.
    Et évidement.. ces foutus chiens galeux de loups-garous.. Ils nous détestent? Je les hais. Ce ne sont que des touffes de poils puantes.. même de forme humaines ils sentent le chien mouillé. Non merci, je ne suis pas amatrice des toutous bavants.
    Je ne crois pas avoir peur de grand chose. Peut-être trouverez vous ce qui peut m'effrayer.. j'attends encore.

    Son rêve le plus cher: Tuer Lazlow.

    Présentation physique:J'suis belle! Oh ça je le sais.. je ne suis pas la divine descendante du Marquis de Sade pour rien! Je plais, je séduis, j'attire... parce que j'ai des formes moi voulez vous, des formes assez fines, oui, mais de jolies formes! Je suis de taille moyenne, svelte et pas mal proportionnée. On m'a dit un jour que j'avais de jolis yeux, et qu'on aimait me voir sourire... Mais je souris que part moments.. C'est capricieux un sourire. Et je vous regarde avec de grands yeux perçants..
    Ce que je porte varie, je peux très bien mettre quelque chose de court et d'aguicheur, que des robes longues... volantes.. Je ressemble à un ange dedans, avec mes cheveux long et blonds qui volent, lâchés.
    Mais, dites, arrêtez de me regarder comme ça, c'est pas parce que je me décris que je vous en laisse le droit! Quoique, j'aime bien moi, qu'on me regarde, qu'on m'admire, qu'on fasse glisser son regard sur mes courbes fines mais joliment marquées... La cambrure de mon dos.. deviner ma peau douce comme du satin pâle..ma façon de marcher, parfois un peu déjantée, parfois plus féminine.. même féline..

    Je porte un tatouage sur l'intérieur du poignet. C'est un psy. La lettre grecque en forme de trident. Lorsque je l'ai fait il symbolisait « psyché » mais maintenant.. peut-être a-t-il changé de signification en « psychose »...


    « Once upon a time »

    Votre prénom: Vous pouvez vous brosser XD
    Votre âge: Continuez à vous brosser XD
    Votre présence sur le forum : Les trois quart du temps. J'suis pas admin pour laisser mon forum en plan tsss.
    Comment trouvez-vous le forum: Quelle question, il est magnifique!
    Comment avez-vous connu le forum: Euh, mais encore?
    Code du réglement ( sous spoiler): je les ai placé moi même ^^


Dernière édition par Ellen Ô Sade le Dim 16 Aoû - 18:24, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellen Ô Sade
T r a q u e u s e
T r a q u e u s e
avatar

Féminin MESSAGES : 163
INSCRIPTION : 19/06/2009
HUMEUR : Affamée

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Sadique Crazy Admin, Ellen Ô Sade, dite Hell   Dim 21 Juin - 19:28

« We all have a story »


°o Je suis une femme insupportable, jeune fille de bonne famille je suis belle, intelligente, j'ai toujours tout eu pour moi et je ne vois pas pourquoi cela ne continuerait pas. Je suis celle que tout le monde désire envie et jalouse, celle que tout le monde aime, mais aussi celle que tout le monde déteste, parce que l'on m'envie, l'on me jalouse et me désire. Je veux tout et tout de suite, je suis une peste et je le sais. Je suis belle et je le sais, je suis intelligente et cela peut souvent vous surprendre, et je le sais. Je suis une Ô Sade, sans doute la pire, sans doute la mieux. Je suis sans faille, sans regrets et sans craintes.

Vous m'adorez, ne dites pas le contraire.

Malgré votre haine..Que de passions...


L'enfance

Je suis née un matin de décembre, le 13. Normalement j'aurai dû naître en début février, autour du 13 là aussi. Mais évidement avant même d'être née je vous l'ai dis j'avais déjà mon caractère. Bien trop impatiente, j'ai voulu ouvrir mes yeux sur le monde deux mois avant. Toute petite et frêle mais malgré tout assez forte, j'ai passé six semaines à l'hopital. Déjà à ce moment ma nourrice venait plus me voir que mes parents.
C'est pas grave, j'avais l'argent, la class, le nom et la beauté pour combler l'absence d'affection.
Enfant pourrie gâtée, née avec une cuillère en or dans la bouche, je n'ai jamais manqué de rien. À l'âge de six mois à peine je frappais ma nurse avec mon hochet en platine pour avoir mon biberon et en boire sans faire une seule tache sur ma bavette de luxe. Je faisais partie des bébés les plus riches de New-York, si ce n'est même des Etats-Unis. Une grande famille que les Ô Sade, anciens anglais qui des générations plus tôt étaient français et encore plus tôt se trouvaient autrichiens. On voyage on voyage, et l'argent augmente. C'est plaisant non?
Malgré un manque de présence, je n'ai pas manqué d'amour, on me le témoignait par des tonnes de présents et au contraire de tous ces stupides et pitoyables niais qui pouvaient se plaindre du manque d'affection lié à la fortune, je m'en accommodais très bien. Les parents ça vous énerve, les cadeaux ça vous amuse.
En grandissant j'appris plus vite à réciter toutes les grandes marques existante que les 50 ou 52 Etats-Unis d'Amérique.
En toute enfant pourrie gâtée qui soit, j'ai grandi colérique et exigeante, pour le plus grand bonheur de mes parents qui faisaient de moi une parfaite petite demoiselle de riches. Insupportable, donnant presque l'envie à mes domestiques de se suicider, j'étais sans doute la pire des demoiselles de mon âge. Mais pourtant, auprès de mes parents je pouvais me comporter comme un ange, et encore mieux lors de dîner mondains auquel je fus conviée à partir de dix ans.
Une enfance très agréable pour moi, comblée pour mes parents qui en plus d'avoir le bijoux de leur vie pouvaient m'exhiber aux réceptions, gala de charité et dîners mondains des plus grand de ce monde. Mon père était le principal actionnaire du Titanic. S'il a coulé, c'est parce que la jalousie des autres a dû déclencher les foudres du ciel. Encore faut-il que je crois en ce dieu.
Oh mais j'oubliais. Que faisons nous de Nate? Oui Nathaniel..Mon grand frère.. de cinq ans mon aîné, Nate était un jeune homme aussi craquant que sa soeur.. et faisait tomber toutes les filles à à peine quinze ans. Mais inutile d'en dire trop sur Nate, bien que je l'adore, je n'aime pas tellement que l'on parle d'une autre personne que moi.
Et puis, il est mort maintenant.

Adolescence et âge adulte :

L'adolescence..Ahh moment délicat, on y sombre parfois dans la drogue, l'alcool ou les affaires malhonnêtes, ces enfants de riches abandonné et en manque d'amour découvrent leur libido et les joies des soirées arrosée, finissent par faire la une des journaux et se retrouvent aussi bas que les manants, la populasse d'Oliver Twist.
Tout faut! Je suis une Ô Sade, et avec une volonté de fer on ne dérape pas comme ça. Ou bien on le fait de temps à autre comme mon frère, qui lui n'hésitait pas à profiter des orgies de ces musicall décadents. Mais personne ne le savait vraiment.
J'aurais pu faire ça, dans le plus grand des secret, mais non, ce qui m'intéressait était plus réjouissant. Le pouvoir, la notoriété..être la seule et l'unique. Je m'acharnais donc avec beaucoup de facilité à être la meilleure dans tout, j'ai excellé dans mes études, pour finalement les abbandoner alors que beaucoup de ces manants des rues rêveraient d'aller à l'école. Je me suis dirigée vers la mondanité pour être la plus en vue des jolies dames de la société new-yorkaise des années 20. Dons de charités, mesquineries par derrière, j'ai très vite appris à manier le mensonge et l'hypocrisie. Aux yeux de tous j'étais la meilleure, un exemple. Je n'étais qu'un poison caché sous une apparence pure, naïve.
Mais oui c'est agréable d'être adulé et envié par tout un tas de gens..Même si les trois quart vous crachent dans le dos par jalousie vous êtes imparable. C'est le must^^.

La morsure :

Dans les années 20, forte de mes 18 années de vie. Je faisais à mon tour les bars et music-Hall à la recherche de quoi m'amuser, de cotillons et de jupes à fanfreluches. Je buvais, le cachais, tenais fort bien l'alcool, le cachait que plus, dansais, mais en cachait le lieu, draguais, plutôt mourir que de l'avouer à mes parents, et m'amusait à taper de l'homme saoul avec mon sac à main. J'étais avide de tout découvrir et de tout tenter, pour rentrer comme une fleur à la maison ni vu ni connu en passant par la fenêtre et l'arbre du jardin. Les années 20 étaient les années folles, période du grand boum de tout et du grand crash des mœurs, je me jouais de choquer les mamies et d'exciter les hommes mariés avec une certaine folie. Habillée de robe tube à franges et de bandeau de velours autour de ma jolie frimousse, je me trémoussais comme personne sur la piste, perchée sur mes hauts talons, avant de trinquer au ponch et de rentrer en fous rires.
Seulement le music hall et le cabaret finit par me monter tellement à la tête que je n'y voyais plus les dangers, taper sur les hommes saoul avec mon sac à main était un jeu non pas une défense et me retrouver poignet liés par des mains et un visage souriant me faisais me tordre de rire à grand renfort de champagne.
Une fois mon père vint me chercher au cabaret pour me sortir de là à grand renfort de coups de pieds au cul. Peine perdue puisque je fit le mur, ou plutôt l'arbre le lendemain. Pour ne jamais revenir. j'étais jeune, séduisante, amusante, pleine de vie et de folie. j'aimais jouer, cela se voyait, j'aimais rire et me plaisais à martyriser cette pauvre Ilda Garden qui finissait la soirée en pleurant face à mes remarques pointues. Mes lèvres rouge sang se tordaient de rire dans un grand bruit d'opéra pour attirer les regards de ces messieurs et la jalousie de ces dames. Un seul regard resta sur ma frêle silhouette. Lui.
Un peu atteinte par le ponch et le champagne il n'eut pas de peine à me mener dans ma chambre à l'étage de la grande salle du cabaret. Au petit matin, les rideaux fermés, je me suis réveillée dans une chambre inconnue, un peu étourdie par l'alcool et en tenue d'Êve sous les draps. J'ai commencé à m'énerver, refusant de me donner ivre à n'importe qui bien que ma fleur m'ait quitté depuis plusieurs années. Et puis cet homme s'approcha de moi doucement, me rassurant et me faisant taire d'un doigt sur mes lèvres carmin.

« Ne t'en fais pas, je n'ai admiré ton corps que de mes yeux petite perle. Je préfère ne pas glacer cette peau de pêche.. »

je n'avais pas bien saisit dès le départ ce que voulait dire cet abrutit qui s'était permis de me déshabiller comme ça. J'ai voulu le frapper avec mon sac, sans succès, puisque qu'il m'a maitrisée d'une seule main. Sa force était incroyable.
J'ai très vite compris à qui j'avais affaire. Je n'en ai pas eu peur. Je n'avais peur de rien, et donc pas le moins du monde d'un vampire. Il m'a tout expliqué, y compris le fait qu'il m'avait suivie depuis une brève rencontre lors d'une autre soirée, ailleurs. Que mon odeur l'avait séduite, vous savez, lorsque une odeur vous marque au point de vous faire oublier le reste.. Pourtant, il avait tenu.. Je n'ai jamais rencontré de vampire aussi tenace, résistant à l'appel du sang.. Nous avons partagé bien plus qu'une rencontre, une année.. sans se priver de contacts charnels. Il a tenu, jusqu'à me proposer la transformation.
J'en étais folle. Complètement folle. Et cette puissance qu'allait me donner la vampirisation me rendait folle. J'ai tout de suite accepté.
Deux canines se sont d'abord plantées dans mon cou. L'instant avait été fou, perturbant, inoubliable, une impression de chute, comme si le lit s'ouvrait sur le sol de notre chambre. Et de cette peau de pêche il avait fait nacre, de ce regard vif il avait fait une mortelle menace, de ces dents acidulées de champagne il avait fait des canines.
Mortelle devenue immortelle, il m'a tout appris. La vie, la mort, le soleil, la chasse, la traque.
Seulement. Quelque chose en moi s'est rompu peu après. Il avait goûté à mon sang. N'avait plus rien à découvrir d'autre en moi. Il a trouvé une autre femme, une autre odeur. Il est repartit traquer quelqu'un d'autre.
Il m'a brisé ce coeur qui ne battait déjà plus. Mon amour pour lui s'est changé en haine. Ma force en détermination sans limites. Je suis devenue si rageuse de cette trahison que mon niveau, mon importance a battu celle de tout vampire que je connaissais. Je suis devenue un exemple pour les traqueurs, un exemple à suivre, comme à ne pas suivre côté sentiments.
Je n'en éprouve plus qu'un, celui de la trahison de cet homme.
Cet abandon m'a rendu plus forte et plus dangereuse que jamais.
J'ai alors, après plusieurs dizaines d'année, choisit de venir dans cet endroit on l'on m'avait vanté le temps agréable, pour un vampire bien sûr. Là où on avait repéré pour la dernière fois la présence de mon ancien amant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sadique Crazy Admin, Ellen Ô Sade, dite Hell
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» [vidéovocale] Comment devenir admin ?
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» 05. What the hell are you waiting for.
» Welcome Hell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Do I Dazzle you ? :: Coffre à trésor de votre perso :: Presentation des personnages-
Sauter vers: