AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Cullen
Membre de la famille Cullen
avatar

Masculin MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 02/08/2009
HUMEUR : Est-ce nécessaire de vous la communiquer ?

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Ven 21 Aoû - 11:49

    Un dimanche comme les autres, à une exception prêt : Le soleil avait décidé de pointer le bout de son nez, brillant au zénith, ce qui n’était pas pour plaire à ceux que l’on nomme vampire. Pour les Cullen, cela signifiait une chose : rester confiner chez eux, ne pas quitter leur domaine privé, afin de ne pas être vu, de quoi faire fulminer un Edward qui aujourd’hui, n’avait certainement pas envie de rester là, un besoin trop important de retrouver sa belle, qu’il n’avait pas vu depuis la veille, un semblant d’éternité pour le vampire. Il se souvenait encore avant d’avoir dévoilé sa vraie nature à Isabella, obligé de lui faire croire à elle aussi que sa famille partait en camping, chose soit disant bénéfique pour la santé, le docteur Cullen ayant une assez grande influence pour permettre à ses « enfants » de manquer les cours. La vie semblait tout de même plus simple pour Edward depuis qu’Isabella savait, il n’avait plus à cacher d’elle.

    Quittant sa chambre par la porte –pour changer-, il tomba nez à nez avec Carlisle, qui ne manqua pas de l’interpeller sur sa sortie, lui rappelant de ne pas s’éloigner. Edward ne répondit qu’un bref oui, relativement convainquant puisque les pensées de son père restèrent neutres, preuve qu’il ne doutait pas des paroles de son fils. C’est à toute vitesse que le vampire disparut dans la forêt, il irait chasser avant d’aller en ville, afin de ne prendre aucun risque, même s’il sait résister à l’odeur du sang humain, une erreur d’inattention est vite arrivée, pas venant de lui, mais bien des autres, sait-on jamais.

    Restant à l’écart des routes, n’usant que de la vaste forêt entourant Forks, Edward ne mit pas longtemps pour arriver à proximité de la maison des Swan, la voiture du shérif était quand à elle garée là, devant l’entrée. Tapis dans l’ombre pour ne pas que sa peau luisante n’attire l’œil d’autrui, le vampire observait la fenêtre d’Isabella avec insistance, il voulait simplement la voir, l’apercevoir, la savoir près de lui, sans pour autant qu’il ne révèle sa présence, après tout, en ces temps ensoleillé, il avait promis à Carlisle de se montrer le plus prudent s’il fallait qu’il aille en ville à tout prix, mais aujourd’hui, ce n’était pas non plus une question de vie ou de mort, alors il resterait là, sans prendre le moindre risque.

    Les yeux plissés, les poings serrés, l’odeur qui venait de titiller le nez du Cullen ne trompait pas, un loup trainait dans les parages, se rapprochant à toute allure du lieu où il se trouvait. Un grondement intérieur, il ne faisait aucun doute que le seul qui pouvait se présenter à cet endroit n’est autre que le Quileute le moins apprécié par Edward, Edward qui d’ailleurs, se préparait déjà à le recevoir avec tous les honneurs qu’il méritait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Ven 21 Aoû - 13:21

Lorsque je me réveillais ce matin, je fus heureux de constater qu’il faisait grand soleil. J’étais décidé a allais parler a Bella, car, depuis environ un moi, elle m’évitait et ne donnée plus signe de vie. Cela m’agaçait grandement car je savais pertinemment que sous ce silence absolu, se caché Edward. Le petit copain sangsue de Bella ne m’aimait pas et la réciproque était vraie. Nous nous détestions mutuellement ce qui semblait normale puisqu’il était un vampire et moi un loup. Mais en plus, il était amoureux de la femme que j’aimais et elle partageait ces sentiments. Cela m’avait écœuré et m’écœure toujours qu’elle embrasse un être aussi immonde que Edward Cullen. Mais aujourd’hui, je pourrais certainement la voir seul a seul étant donné que les Cullens ne sortaient pas lorsque le soleil faisait son apparition. IL fallait que je lui dise que je l’aimais et que de ce fait, il fallait à tout prix qu’elle quitte son buveur de sang qui représenté un danger pour sa vie. Je fus donc de très bonne humeur lorsque je me levais de mon lit pour aller déjeuner. Mon père était déjà affalé sur le canapé en train de regarder la télévision. Après tout, je fus heureux de le voir à la maison car dehors, les dangers étaient multiples et j’aimais trop mon père pour ne pas m’inquiéter lorsqu’il partait se promener seul. Je constatais avec un grand plaisir qu’il m’avait préparé un petit déjeuner aussi imposant que plein de bonne chose. La seul ombre a mon menu du petit déjeuner était des légumes posé bien en évidence a côté de mon assiette.

C’est temps ci, mon père me bassiné que, depuis ma transformation, je ne mangeais plus que de la viande et plus de légumes ce qui selon lui, n’était pas bon pour ma santé. Je souris et m’assis en prenant soin d’éloigner les légumes de mon assiette. J’avalais l’équivalent d’une semaine de nourriture pour un être humain normal puis j’eus fini. Je me levais de ma chaise pour aller m’habiller mais une idée me vient soudain. Je pris le plat de légume et je le posa sur le ventre a mon père qui désormais ronflait a faire trembler les murs. Je pris un brocoli et le plaça juste devant son nez et le reste posé sur son ventre. Je plaçais un petit mot sur le brocoli posé sur le nez en y inscrivant les mots suivants :


Bon appétit et surtout, mange en plein, c’est bon pour la santé.
Jake


Je souris en essayant de ne pas éclater de rire car je ne voulais en aucun cas le réveiller. Je filais dans la salle de bain affin de préparer mon short que j’attacha à une cordelette et l’enroula autour de ma cheville droite. Je ne m’habillais que d’un boxer étant beaucoup trop petit pour moi, de toute façon, je le déchirerais dans moins de cinq minutes. Je sortis de la maison avec un sourire aux lèvres en me disant que j’allais voir la femme que j’aimais. Une fois a l’entrée de la forêt, je me transformais et commença a courir en direction de la maison des Swan. Tous ce que j’espérais , c’est que Charlie ne soit pas présent pour que je puisse parler librement a Bella. Je parcourais les kilomètres a une vitesse folle et en cinq minutes, je fus prêt de la maison des Swan. Mais une fois arrêtais, je sentis une odeur que je ne connaissais que trop bien. La sangsue Edward était là, juste devant moi, a porté de crocs. Il devait être là pour surveiller Bella ce qui m’agaça. Il ne pouvait donc pas la laisser seule au moins une journée. Je m’approchais de lui toujours sous ma forme lupin. L’envie de le tuer était forte en moi mais je m’efforçais de me calmer car nous et les Cullens avions des accords que je ne devais en aucun cas, transgressé. Je fus agaçais de constater que le buveur de sang avait senti mon odeur, car j’aurais bien aimé le tuer sans qu’il ne s’en rende compte. Je soupirais et nous nous regardâmes dans les yeux un long moment. Puis, afin de lui dire que je trouvais cela complètement ridicule qu’il soit là, en train de surveiller Bella, je dis par ma pensé sachant qu’il me m’entendait :

Tu es vraiment lamentable quand tu t’y mets buveur de sang. Etre là a surveiller Bella c’est vraiment pathétique.

Je souris et me transformais devant lui car le fait de savoir qu’il pouvait entendre toute les pensées de mes amis de la meute m’énervé. Une fois transformais, j’enfila rapidement mon short et me remis a fixé Cullen droit dans les yeux. J’étais a peut prés certain qu’il avait envie de me sauté a la gorge pour être venu voir Bella. Mais cela, au lieu de m’effrayer, m’amusa car il ne pouvait rien contre moi. Après un long silence, je dis avec un grand sourire :

« Aurais tu quelque chose a cacher Cullen, que tu te cache ainsi dans la forêt. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Membre de la famille Cullen
avatar

Masculin MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 02/08/2009
HUMEUR : Est-ce nécessaire de vous la communiquer ?

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Sam 22 Aoû - 0:38

    Le simple fait d’être loin de Bella provoquait en Edward une irritation flagrante, qu’il parvenait toutefois à garder bien enfouie en lui, habitué à ne rien montrer aux autres, à garder ce visage impassible, vierge de toute émotions, mais dans son comportement pourtant, cela se ressentait grandement, il fallait qu’il prenne sur lui pour ne pas s’emballer à une moindre remarque, peu importe l’auteur. Alors, savoir qu’ici, devant cette maison, un autre se trouvait là, rival en tout point, il y avait de quoi provoquer en Edward une double irritation, qu’il ne cacherait pas cette fois ci, pourquoi faire après tout, s’il y avait bien une personne contre qui déverser son flot de mauvaise humeur, le cabot était idéal, il faut bien qu’il serve à quelque chose après tout, puisqu’à part se montrer trop présent dans la vie d’Isabella, on ne peut pas dire qu’il ai une grande importance, du moins, aux yeux des Cullen, et de Edward tout particulièrement. Une animosité pas nouvelle, qui n’est pas prête de s’estomper avec le temps.

    La pensée du Quileute vint directement dans le crâne du vampire, qui ne dit mot, préférant attendre que son interlocuteur se montre un peu plus décent, la touffe de poil n’étant pas es plus gracieuse aux yeux du Cullen. Répondre aux provocations de manière toute aussi hostile ne mènerait à rien de bon, c’est bien ce qui différencie les deux races, les vampires réfléchissent et agissent avec minutie, les loups quand à eux, agissent sans réfléchir, autant dire que la comparaison est vite faite.

    La remarque de Jacob déplut tout de même à Edward, une reflexion sur son apparence « luisante » qu’il n’appréciait pas entendre, et encore moins de la bouche de ce type là. Bon sang –sans ironie-, comment Bella faisait-elle pour supporter pareille compagnie. Regards de défis, ils s’observèrent en silence quelques secondes.

    EDWARDJe n’ai pas de temps à perdre, trouves toi un bâton et vas t’amuser avec. Fit-il sans sympathie aucune, alors qu’il reporta toute son attention sur la fenêtre de la chambre d’Isabella, la silhouette de la jeune femme passant alors derrière la vitre, ce qui tira un mince sourire à Edward.

    La présence du Quileute était tout de même pesante, Edward quand à lui, n’avait pas d’autre choix que de rester dans l’ombre, le soleil n’étant décidément pas prêt de se cacher derrière un éventuel nuage.

    EDWARDTu n’as rien à faire là.

    Il avait reporté ses prunelles dorées sur Jacob, un brin de rayon de soleil baignant une partie du visage d’Edward, faisant scintiller sa peau blafarde, ce qui, face au Quileute, n’était pas un problème du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Sam 22 Aoû - 16:17

Je remarquais très vite, et cela grâce à son comportement, que Edward avait capté mes pensées meurtrières envers lui et qu’il s’efforçait de rester impassible. Si je ne connaissais pas Edward aussi bien, j’aurais pu croire qu’il n’éprouvait rien suite a mes dires mais il avait une manière de bien a lui de montrer qu’il ne ressentait rien. Lorsque je lui faisais des remarques, et autant vous dire que ça arrive très souvent, Edward restait immobile sans répondre tendit que, les autres membres de sa famille montraient leurs sentiments. Sa pour sur, Edward n’était pas comme les autres. Lorsque je lui fis ma remarque, Edward me dit que je n’avais rien a faire là, et qu’il fallait que je m’occupe avec un bâton.

Je ne pus m’empêchais de sourire a sa remarque car je trouvais cette rivalité a la fois nécessaire car je ne pouvais pas laisser Bella seul entre les mains de ce vampire, mais aussi très amusante car chacun de nous lançaient des remarques blessantes a l’autre sur l’être qu’ils étaient. Je ne fus aucunement blessais par sa remarque car a ce moment précis, je vis passait Bella devant sa fenêtre. Elle était habillée d’une merveilleuse façon et elle avait attaché ces cheveux. De toute les femmes du monde, Bella était a coups sur la plus belle. Edward sourit après avoir vu Bella par la fenêtre. Cela me rappela la conversation que j’avais eus avec Sam peut de temps auparavant. Il m’avait dit qu’il ignoré si les vampires avaient des sentiments sincère envers d’autre personne et que de ce fait, il fallait que je fasse très attention a Bella. Je me dis que cette fille était vraiment un aimant a problème et qu’elle ne pouvait pas vivre comme les autres filles de son âge.

En seulement un an, elle c’était mise avec un vampire, certes végétariens, mais vampire tout de même. Elle fréquentait une famille entière de vampire qui n’attendaient qu’une chose, pouvoir mordre dans son cout afin de boire son sang. Peut de temps après, je lui avais dit ce que j’étais réellement et une fois de plus, elle s’était mise a fréquenter des êtres dangereux pour elle étant donné que nous pouvions très vite devenir un danger si nous nous énervions. Bref, lorsque je demanda a Edward s’il avait quelque chose a cacher, il ignora ma question ce contentant de fixer la chambre de Bella. Je soupirais en me disant que cela aller être dure d’avoir un vrai affrontement verbal s’il n’arrêtait pas d’esquiver mes questions ou mes affirmations.

De tout les Cullens, il était celui qui était le pus difficile a affronter lors d’échange verbale. Blondie était très susceptible et elle avait de la voix lorsqu’elle vous hurlé dessus. La naine était plus dans la finesse mais arrivée tout de même a me toucher lorsqu’elle m’envoyer des remarques. Quand a Emmett et Caliméro, il était ennuyeux a mourir car il ne pensaient qu’a une chose, frapper au lieu de discuter. La naine était décidément la plus marrante de la famille et c’est d’ailleurs pour cela que je l’appréciait, modérément cela s’entend. Je reviens a Edward qui me dit que je n’avais rien a faire ici. Bien au contraire mon cher ami, je ne saurais être plus a ma place. Le fait qu’Edward se croit le seul amour de Bella m’agaçais a plus haut point car je savais que Bella éprouvait des sentiments a mon égard. Je souris et dis à Cullen sans pour autant élever la voix :


Jacob: « Je ne saurais être plus a ma place Cullen. En revanche toi, ta place est dans un cercueil, pas ici. »

Je souris car j’adorais cela, faire des remarques a Edward car je savais pertinemment que sous son visage de marbre, il devait m’insulter de tout les noms. Je ris pendant quelques minutes puis reviens à ce pour quoi j’étais venu. Bella ! Je m’avançais un peut plus vers la maison et dis en passant devant Edward :

Jacob: « Je passerais le bonjour a Bella de ta part !! Oh, et si tu vois les rideaux se fermaient, essaye de partir car mes pensées ne seront plus contrôlable a se moment. »

Je savais que Bella et moi, si Edward me lâchais un peut, passerions l’après midi a parler et non a faire autre chose étant donné qu’elle était amoureux de ce stupide vampire. Mais je savais que j’arriverais a lui faire entendre raison sur le fait qu’elle devait absolument quitter la sangsue pour moi, car elle pourrait vivre une existence presque normale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Cullen
Membre de la famille Cullen
avatar

Masculin MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 02/08/2009
HUMEUR : Est-ce nécessaire de vous la communiquer ?

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Sam 5 Sep - 12:33

    S’il avait pu ignorer totalement la présence de Jacob Black en cet instant, il ne fait aucun doute que Edward l’aurait fait, avec grand plaisir, du moins, avec tout le plaisir dont il puisse faire preuve, malheureusement, même si le loup daignait rester silencieux –ce qui n’était pas le cas-, le vampire aurai eu à faire à ses pensées, ce qui en soit revenait exactement au même. Ainsi, il préférait se concentrer sur la fenêtre de la chambre de Bella, un faible moyen de le distraire en cet instant, bien qu’il ne parvienne pas à maintenir toute sa concentration sur la contemplation de sa bien aimée.

    Entre les Cullen et les Quileutes, de toujours, une rivalité s’était instaurée, rivalité qui ne menait pourtant pas à l’affront, depuis cet accord passé il y a des années de cela, le respect mutuel des terres des uns et des autres, cependant, depuis l’arrivée d’Isabella Swan à Forks, une toute autre rivalité s’était instauré entre Jacob et Edward, l’amour y étant beaucoup, mais intérieurement, même s’il rageait à chaque fois que le poilu s’approchait de sa belle, Edward ne pouvait qu’être plus fier, puisque c’était lui et pas l’autre que la jeune femme avait choisit, et il savait parfaitement bien que quoi que tente Jacob, Isabella lui resterait fidèle, car après tout, l’un sans l’autre, ils n’étaient rien, ils se l’étaient répétés à plusieurs reprises, l’intensité de leur amour était bien plus forte que la possible amourette avec Jacob Black, c’est donc sans crainte que Edward pouvait affronter à sa manière Jacob.

    Il est vrai qu’Edward n’a pas le moindre mal à cacher ses émotions, sa mystérieuse personne faisant de lui un jeune homme encore plus intriguant, tout comme le fait qu’il pouvait aisément éviter de répondre aux joutes verbales de son rival, si rival il y a vraiment. D’ailleurs, en parlant d’affront verbal, Jacob ne manquait pas de mots, même si parfois, se renouveler niveau remarques ne lui ferait pas de mal. « Dans un cercueil », cette phrase décrocha un mince sourire au buveur de sang.

    « De nous deux, tu seras pourtant le premier à y mettre les pieds, dans un cercueil »

    Détournant son attention de la fenêtre, il haussa les sourcils, sans se dépatir de son sourire, bien que tout le sérieux figurait dans sa phrase, après tout, l’un était immortel, l’autre non, n’était-ce pas suffisant pour le remettre à sa place ?

    Edward perdit toutefois son sourire après la dernière remarque de Jacob, cet inconscient devait pourtant savoir qu’il y a de sujets avec lesquels la plaisanterie n’est pas de mise, et c’était justement le cas. Rester maitre de ses impulsions, ne pas le tuer, ca ferait trop de mal à Bella, voilà les pensées qui tournaient dans la tête du vampire, qui pourtant n’avait pas pu s’empêcher d’empoigner Jacob par le bras.

    « Si tu tentes quoi que ce soit Jacob, je ferais en sorte d’être celui qui jettera ton cadavre au fond d’un trou »

    Les yeux ambre d’Edward se plantèrent dans ceux de Black, toute l’animosité possible s’y lisant. Relâchant le bras du garçon, il reporta son attention sur la fenêtre, se rendant alors compte qu’il n’était plus dans l’ombre de la forêt, sa peau luisant son les rayons du soleil, provoquant un froncement de sourcils au vampire, qui se recula.

    « J’ai toute confiance en Bella, après tout, elle a eu plusieurs occasions de se jeter dans tes bras, et ça n’a jamais été le cas, tu n’es qu’un ami pour elle, il faudrait vraiment que tu t’y fasses cabot »

    Il était resté immobile durant sa phrase, fixant encore et encore la fenêtre comme s’il avait le pouvoir de montrer sa présence à sa bien aimée.

    « Ah, et si j’étais toi, j’éviterais de passer le bonjour à Bella, elle risquerait de venir me rejoindre sans même se soucier de ta présence, il serait dommage que tu sois venu pour rien » Ironisa t-il en s’adossant au tronc de l’arbre juste derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   Mer 9 Sep - 15:20

Depuis le début de notre échange, je faisais tout pour pousser Edward a se mettre en colère pour qu’il fasse quelque chose de stupide. Mais visiblement, rien ne pouvait le mettre dans tous ces états. Il gardait un calme impressionnant ce qui ne manqua pas de m’agacer au plus haut point. Lorsque je lui dis que sa place était dans un cercueil, il eut un léger sourire et il me dit d’une voix des plus calme et agaçant que je serais surement le premier a me retrouver dans un cercueil. Dans un sens, il disait vrai mais je pourrais très bien l’envoyer dans un cercueil. Suite a réponse de Cullen, nous nous regardâmes un long moment dans les yeux. Aucun de nous ne voulait cédait sous le regard menaçant de l’autre car cela voudrait dire que l’adversaire avait gagné la bataille.

Je lui dis ensuite que j’allais aller dans la chambre de Bella et que nous ferions surement des choses. Je m’avançais vers la maison de Bella lorsque la main de Edward se posa sur mon bras. Il sera mon bras et me dit d’une voix forte et menaçante que si je tentais quoi que se soit envers Bella, j’allais le regretter. Je souris légèrement ne prenant pas sa mise en garde pour une menace car je savais très bien qu’il ne pouvait rien contre moi. Il entendit visiblement mes pensées puisqu’il me relâcha sans rien dire et en reportant son attention Il regarda ensuite e direction de la chambre de Bella et je vis dans son expression qu’elle lui manquait. Ensuite, il dit plus pour lui que pour moi en fait :


Edward : J’ai toute confiance en Bella après tout, elle a eu plusieurs occasions de se jeter dans tes bras, et ça n’a jamais été le cas, tu n’es qu’un ami pour elle, il faudrait vraiment que tu t’y fasses cabot !!

Lorsqu’il eut enfin finit de parler, la colère en moi devient très forte. Un grognement s’échappa de mon corps sans que je puisse le retenir. Je sentais que je commençais a trembler. Il fallait à tout prix que je me calme car sinon, les choses deviendraient très vite dangereuses si je me transformais en loup. Je devais surtout garder mon calme car je ne voulais pas que Cullen ait la satisfaction de me voir perdre mes moyens. Je mis un long moment a me calmais et a faire cessais les tremblements car Edward avait réussit a toucher là ou sa faisait mal. Une fois calmé, je parviens a dire a Edward :

« Tu sais tout autant que moi que Bella est amoureuse de moi. Et si tu n’existais pas, les choses seraient beaucoup plus faciles entre elle est moi. »

En même temps, c’était vrai ce que je disais. Bella était amoureuse de moi et cela, elle ne pouvait pas le nier. Peut de temps après qu’elle ait apprit ce que j’étais en réalité, on s’étaient embrassé. Ce baiser avait duré longtemps sans que Bella ne me repousse mais finalement elle s’était écarté de moi et m’avait giflé en me disant que c’était mal de faire ça étant donné qu’elle était amoureuse de cet abruti de vampire. Lorsque j’eus fini de cogiter intérieurement, Edward dit que si je passé le bonjour a Bella, elle aurait envie de voir Edward et que ma présence deviendrait vite superflue. Je souris en me disant que si Cullen raisonnait pareillement, cela voulait dire qu’après tout, il avait des doutes sur les sentiments de Bella. Je souris et dit en croisant mes bras :

« Puis je te posais une question Cullen ? Crois tu réellement que Bella te dit tout ? T’a t-elle dit que nous nous sommes embrassés ? »

Je regardais Cullen en attendant sa réaction suite a cette révélation. Visiblement, Cullen réfléchissait car il ne répondit pas. Il devait surement chercher dans ma tête les images de cet instants spécial a mes yeux. Soudain, il fit une tête étrange et je souris. Je lui dis ensuite :

« Et bien visiblement, elle ne te dit pas tout ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seraient-ce des puces que je vois ? |Jacob|
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ouverture du procès de Jacob Zuma en Afrique du Sud
» INQUIETUDE DE B. OBAMA A JACOB ZUMA POUR LE RETOUR D'ARISTIDE AVANT LE 20 MARS
» Tu vois, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent. Toi, tu creuses [Rochers maudits, Rang D, Qu'importe, Mine powa]
» Newark post (la coupe a jacob josefson)
» Jacob le karateka

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Do I Dazzle you ? :: Forks :: Quartiers résidentiels :: Maison des Swan.-
Sauter vers: