AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)

Aller en bas 
AuteurMessage
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   Mar 18 Aoû - 21:35

Le bruit des oiseaux me parvinrent aux oreilles. Le sifflement du vent contre ma fenêtre et tous les autres bruits de la nature m’atteignirent. Je me levais de mauvaise humeur car je n’avais pas beaucoup dormis. La veille, Sam m’avait fait surveiller la réserve pendant que mes amis dormaient. Je n’étais accompagné que de Embry et de Quil qui n’avaient cessé de raconter des histoires qui se voulaient drôles. Malgré la présence de mes meilleurs amis, leurs flots de blagues navrantes eurent le dont de m’agacer plus qu’autre chose. Nous étions rentraient aux alentours de trois heures du matin après avoir cogné sur Quil et Embry pour les remercier de m’avoir donné mal a la tête. Lorsque j’étais rentré de ma folle nuit, mon père dormait déjà et le son de ces ronflements vinrent jusqu'à mes oreilles. Je filais directement au lit et je réussis a m’endormir directement après avoir fermé les yeux. Le lendemain, c’est mon père qui me réveilla à six heures du matin ce qui ne manqua pas de m’agacer car lui, avait eut toute la nuit pour dormir tendit que je n’avais bénéficié que deux trois heures de sommeil. Il m’appris que Sam avait téléphoné pour m’informer d’une chose importante que je devrais a tout prix faire.

Je poussais un long soupir et je me levais contre mon gré. J’avançais dans le couloire qui menait jusqu’au téléphone qui se trouvé sur le meuble de télévision. Mon père, après m’avoir réveillé pour m’annoncer le coup de téléphone de Sam, était retourné sur le canapé pour regarder un match de football américain. Je souris en voyant mon père affalait maladroitement sur le canapé. Je m’avançais jusqu'à lui et remis ces jambes droites sur le canapé. Il m’adressa un sourire amusait devant ma mauvaise humeur matinale. Je lui tapais sur la jambe droite et dit :


« Arrête de sourire bêtement comme cela tu me rappel Embry lorsque tu fais ça. »

Mon père sourit et reporta son attention sur le match. La saison venait tout juste de commencer se qui voulait dire que mon père passerait le plus clair de son temps devant la télé a manger des chips et a rire bêtement avec Charlie le père de Bella. Je reporta mon attention sur le coup de fil que j’avais à donné. Je décrochais et composa le numéro de la maison de Sam et D’Emily. Le téléphone sonna trois fois avant que Sam ne décroche :

« Allô ? »
« Sam, c’est Jacob, Charlie m’a dit que tu souhaitais me dire quelque chose ? »
« Oui, te souviens tu de la fameuse incursion d’un des Cullen dans notre territoire ? »
« Sa pour m’en souvenir, je m’en souviens. Jared a faillit ce suicider lorsque tu lui as interdit de l’attaquer. »
« Et bien j’aimerais que tu te rendes à la demeure Cullen pour leurs rappelaient les termes de nos accords. »

Bien que je n’avais pas envie de me rendre dans le domaine des buveurs de sang, je devais tout de même obéir a Sam étant donné qu’il était mon supérieur dans la meute. Je raccrochais et poussa un long soupir. Je devrais remettre l’idée de dormir un peut à plus tard. Tant pis, j’aurais qu’a passé mes nerfs sur Leah un peut plus tard dans la journée. Je passais vite dans ma chambre afin d’y attacher comme d’habitude mon short a ma cheville. Une fois fait, je sortis de la maison et me transformais en une fraction de seconde. Les pensées de tous mes amis loups me revenaient d’un seul coup. Il y avait du nouveau dans l’esprit de Quil. Il avait passé la matinée avec clair, la fille de qui il était éprit. Cela me fit sourire mais je me focalisé sur ma mission du jour qui serait épuisante surtout à cause de l’odeur qui régnerait là bas.

Je filais a une vitesse folle entre les arbres de la réserve et je ne tardais pas a bifurquer vers la forêt dans laquelle se trouvait la demeure Cullen. Au fur et a mesure que j’avançais vers leur maison, l’odeur du vampire devenait de plus en plus forte. Je savais que les Cullens sentaient ma présence mais cela ne me fit aucunement peur. Je me retransformais en humain et je mis mon short. Une fois fait, j’avançais jusqu’à l’entrée de la demeure. Je ne m’attendais pas a trouver qui que se soit lorsque j’arrivais, mais se fut le docteur sangsue qui m’accueillit a ma porte. Il était d’une blancheur impressionnante mais après tout, n’était il pas le concepteur de cette famille de buveurs de sang ? Bref, je m’avançais vers lui et dit à vois haute :


« Docteur Cullen !! Je ne suis aucunement venu me battre contre vous. En revanche si Blondie est là, je n’ai rien contre un petit peut d’amusement… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Membre de la famille Cullen
avatar

Masculin MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 17/08/2009
Localisation : Forks.
HUMEUR : Cynique

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   Mer 19 Aoû - 10:18

    Cela faisait une petite heure que Carlisle était assis à son bureau, entouré de la plus magistrale bibliothèque de Forks - bien plus riche que celle de la ville même, ce qui était un peu ironique il faut l'avouer, vu qu'elle n'appartenait qu'à un seul homme -. C'était dans ce bureau qu'il passait en général le plus clair de ses journées hormis son travail à l'hôpital, quand Esmé était occupée ailleurs dans la maison. Logique, puisqu'en tant que vampires, ils ne dormaient plus. Immobile sur sa chaise, lampe de chevet allumée et volets fermés laissant quelques rayons de soleil passer, il était plongé dans ses réflexions, les yeux posés sur la même page depuis plusieurs minutes sans réellement longer les lignes de l'ouvrage étalé devant lui. Il n'avait pas vraiment la tête à lire, et puis, chaque livre qu'il possédait, il les avait déjà lus, et cela faisait un petit moment qu'il n'en avait pas acheté de nouveaux. Il n'avait pas la tête à faire les boutiques non plus; ces temps-ci, ils avaient des invités à la villa. C'était d'ailleurs le pourquoi Esmé n'était pas dans ses bras; en tant qu'hôte parfaite - et parfaite femme au foyer qu'elle était -, elle s'assurait qu'aucun de leurs amis ne manque de rien. Elle était comme cela, sa chère et tendre, toujours aux petits soins, toujours à l'écoute des besoins de chacun, débordante d'affection et de gentillesse. Et avec tout ce petit monde sur lequel veiller, elle avait bien de quoi s'occuper, et ils n'étaient clairement jamais seuls. C'est pourquoi il s'était volontairement isolé du reste de la maison, dans sa pièce favorite, avec ses chers livres de tous âges. Carlisle avait besoin de cette solitude pour mettre de l'ordre dans ses idées, d'un peu de calme hors de son entourage, et d'habitude, il retrouvait la sérénité dans ses lectures... Mais pas ce soir.

    Il pensait aux siens, ne sachant comment faire taire les inquiétudes qui le taraudaient. Si leurs amis - et frères d'arme - étaient à nouveau réunis chez eux, ce n'était pas vraiment pour une joyeuse réunion de famille, ni pour un mariage... - Quoi qu'ils auraient peut être l'occasion d'en profiter pour organiser une réception ! Dans la maison, ils parlaient d'un certain traité avec les Quileutes. Biensur que Carlisle savait de quoi ils parlaient, biensur qu'il était concerné mais il n'avait pas voulu rejoindre la conversation. Ils parlaient aussi d'un énième mariage entre Emmett et Rose n'était pas à exclure. Qui sait si la frénésie ne le gagnerait pas même jusqu'à sa propre épouse, par la suite ? Après tout, pourquoi pas, elle savait bien qu'il l'aurait épousé des centaines de fois si cela la rendait plus heureuse. C'est pourquoi d'ailleurs ils ne s'étaient contentés que d'une fois, symbolique, car ils savaient. Toujours est-il que s'il y avait des airs de déjà-vu, dans ce rassemblement qui hérissaient de nouveau les poils des loups voisins, ce n'était pas pour un motif festif. Non, il n'y avait pas de quoi faire la fête : car ils étaient tous menacés. A nouveau. Déjà, leur tranquilité durement gagnée était remise en branle... Et ce n'était un secret pour personne : Carlisle aimait l'ordre, la paix, et la joie. Mais ces trois piliers étaient de nouveaux bancaux, et les mauvais plis sur son front recreusaient leurs sillons. Sans savoir vraiment ce qui les attendait, il sentait que quelque chose allait se produire. Sans savoir quand, où, comment. Inutile de préciser qu'il était loin d'aimer ce genre de surprises, et qu'Alice était la première à détester cet inconnu auquel d'habitude elle tordait le cou sans mal...

    Alors qu'il avait croisé ses mains devant sa bouche, une ombre entra dans son champ de vision et il releva instantanément les yeux. Reconnaissant la silhouette de son cher Jacob Black, il se leva instinctivement pour le saluer. Même étant un Loup-Garou, toujours penser à la politesse.


      JACOB : Docteur Cullen !! Je ne suis aucunement venu me battre contre vous. En revanche si Blondie est là, je n’ai rien contre un petit peu d’amusement.

      CARLISLE : Monsieur Jacob Black. Alors quel est l'honneur de votre visite matinale ?


    Les autres membres de la famille étaient tous en bas, dans le salon, ils faisaient un tel remue-ménage que Carlisle n'avait pu se concentrer sur son travail. Il avait donc jeté ses dossiers et ses livres par terre. Ceux-ci jonchaient à présent le sol n'importe où dans la pièce. Il ne mit que quelques secondes à les remettre en place avant de déclarer le plus sérieusement du monde.

      CARLISLE : Rosalie est occupée, je m'en excuse. Voudriez-vous une tasse de thé ?


    S'il n'était pas venu pour se battre, autant ne pas les faire les choses qu'à moitié et de commencer une discussion " normale ". Il était vrai qu'il ne s'attendait pas à une visite telle que celle-ci. La présence de Jacob Black ne le dérangeait pas, il savait autant que lui qu'ils avaient à discuter mais son odeur répugnante le gênait un minimum. Il fit un grand geste de la main, accompagné d'un sourire amical pour lui proposer de s'asseoir sur la chaise en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   Mer 19 Aoû - 12:45

Je fus légèrement déstabilisé par la politesse du docteur Cullen. Le docteur poussa même plus loin dans la politesse en m’adressant un sourire amical. De toute ma vie, je n’avais jamais vu un vampire aussi aimable. Cela était vraiment étrange. J’étais venu pour lui rappelait que nous avions des accords sur les frontières de notre territoire. Rocky, le vampire le plus costaud de la famille, avait dépassé les limites des territoires afin de chasser. Ce fut Jared qui l’intercepta et une bagarre entre nos deux races faillit se produire. Nous fûmes tous très vite a ces côtés pour le secourir au cas ou les choses dégénéraient. Rocky était accompagné de Blondie et de Jasper. Nous étions sur le point d’attaquer lorsque Sam intervient. Sam calma le jeu en discutant avec Carlisle. Ce jour là, mes amis et moi étions triste de ne pas avoir profité de l’occasion de mordre dans Rocky ainsi que le blond qui avait toujours l’air de toujours souffrir. Après une bonne heure de discussion avec Carlisle, Sam avait réussit a calmer les esprits et ce fut ainsi que l’histoire ce termina. Par la suite, nous avions demandé des comptes a Sam sur les raisons d’une telle gentillesse envers les buveurs de sang. Sam nous avait dit qu’ils ne s’étaient pas rendu compte qu’ils étaient venus chasser ci prêt de la frontière. Nous ne fûmes pas satisfaits mais Sam nous avez dit de ne plus en parler sous peine de sanction. Par la suite, j’eus une discussion avec lui étant donné que j’étais son second. Il m’avoua qu’il les avaient laissé partir car il sentait que nous aurions besoin d’eux dans un jour prochain. Je dus avouais que Sam avait raison et que cela n’aurait rien facilité ci nous avions rompu définitivement le traité. Bref, j’étais là pour les rappelaient à l’ordre, mais la politesse de Carlisle me déstabilisa grandement. Je le regardais et répondit à sa question :

« C’est Sam qui m’envoie vous parler docteur! »

Puis, le docteur me proposa une tasse de thé. Je ne souhaitais guère m’attarder sur ce territoire ou a tout moment, je pouvais me faire tuer. Mais sa proposition était tellement inattendue que je ne pus qu’accepter. Je m’assis sur la chaise qu’il me proposait et je croisais les bras. La maison des Cullen était remplie de vampire que je ne connaissais point. Super, si les choses dérapaient, je serais tout seul contre une vingtaine de vampires assoiffés de sang. Je regardais le docteur Cullen qui commençait a servir le thé. Cet homme était d’un calme incroyable face à moi. J’étais censé être un ennemi qui pourrait à tout moment le tuer, mais il ne semblait aucunement l’effrayer. Au contraire, m’a présence semblait lui faire plaisir. Décidément, les Cullens étaient tous des énigmes difficiles a déchiffrer. Il me tendit la tasse de thé et je le remerciais avec un signe de tête. Avait-il versait un quelconque poison dans ma tasse ? Je sentis rapidement le contenu et je constatais qu’elle ne contenait que du thé, rien de plus. Je goutais le thé et je fus forcé d’admettre qu’il était très bon. Carlisle ne buvait pas étant donné que les vampires ne pouvaient boire autre chose que du sang. Il se contentait de me fixer pendant que je buvais mon thé. Après deux longues gorgées, j’eus fini et je pus enfin lui parler de ce qui m’amenais :

« Mon rôle d’aujourd’hui et de vous rappeler que mon ancêtre et vous-même avaient mis en place des règles que vous deviez suivre. Hors, l’un d’entre vous a bafouait ces règles pour venir chasser sur notre territoire. Je me vois dans le regret de vous adressait un ultimatum. Si jamais cela devait se reproduire, nous n’hésiterons pas attaquer. »

Je fus légèrement mal a l’aise d’employer un ton si sévère envers l’homme, ou plutôt le vampire qui m’avait offert du thé mais c’était ma mission qui l’exigé. Carlisle acquiesça ce que je pris comme un soulagement. Comme je lui avais dit quelques instants plus tôt, je ne souhaitais guère me battre contre eux, du moins, aujourd’hui. Puis j’ajoutais d’une voix plus douce cette fois ci :

« Nous ne souhaitons nullement que la paix entre nos deux races soit brisée à cause de stupidité dans le genre. Croyez bien que nous sommes navrées, et ça je parle en mon nom ainsi que celui de Sam, de vous poser cet ultimatum. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carlisle Cullen
Membre de la famille Cullen
avatar

Masculin MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 17/08/2009
Localisation : Forks.
HUMEUR : Cynique

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   Mer 19 Aoû - 13:25

    Il sortit du placard le service à thé qu'il n'utilisait que pour les grandes occasions exeptionnelles et le posa soigneusement sur le bureau parfaitement rangé. En quelques secondes, il eût le temps de descendre à la cuisine pour remplir la tasse destinée à Jacob Black et de lui tendre amicalement. Carlisle le regardait attentivement boire son thé fait par sa femme avec amour, quelque peu fasciné. Il leva les yeux aux ciel, quel Vampire autre que lui pourrait être fasciné par un Loup-Garou ?

      JACOB : Mon rôle d’aujourd’hui et de vous rappeler que mon ancêtre et vous-même avaient mis en place des règles que vous deviez suivre. Hors, l’un d’entre vous a bafoué ces règles pour venir chasser sur notre territoire. Je me vois dans le regret de vous adresser un ultimatum. Si jamais cela devait se reproduire, nous n’hésiterons pas attaquer.

      CARLISLE Je comprends très bien Monsieur Black, je me contenterai de prévenir ma famille. Pour le reste, je n'y peux rien.


    Le Docteur aimait la paix et donc détestait plus que tout les guerres inutiles de territoire. Bien qu'elle fallait tout de même respecter le traité avec les Quileutes avec ou contre son gré. Il n'hésiterait pas à se battre si les Cullens étaient en danger mais il voulait tout faire pour que cela ne dénégere pas afin que cela se produise. Il sourit, voyant que son interlocuteur était assez mal à l'aise.

      JACOB : Nous ne souhaitons nullement que la paix entre nos deux races soit brisée à cause de stupidités dans le genre. Croyez bien que nous sommes navrés, et ça je parle en mon nom ainsi que celui de Sam, de vous poser cet ultimatum.

      CARLISLE : Nous ne voulons nous non plus une guerre. Je vous remercie de votre mise en garde Monsieur Black.


    Il parlait tel le médecin qu'il était avec ses patients, poli et bien élevé, presque près à lui serrer la main avant qu'il ne s'en aille. Carlisle était parfois trop gentil et tolérant. Il se leva, près à raccompagner le Quileute à la porte d'entrée. Soudain, il se demanda comment il était entré, sans passer par la salle de séjour pour arriver direment dans son bureau aux volets et fenetres fermés. Les Loups-Garous étaient vraiment imprévisibles. Il réajusta ses vêtements et déclara.

      CARLISLE : Vous direz donc à votre cher Sam que Monsieur Cullen va rappeler ces quelques règles à notre petit Rocky.


    Il fit un léger hochement de tête suivit d'un sourire sans émotion, tout bonnement professionnel. Le Docteur esperait tout de même ne pas avoir affaire à celui-là trop souvent, ce genre de conversation ne le ravissait pas. Incomparable avec celles qui entretenaient avec Esmé. Mais cela, c'était normal, inutile de le préciser. Il ouvrit les volets d'un geste fluide. Il vallait mieux qu'il passe par la fenêtre pour ne pas éveiller l'attention de toute la famille. Même si l'odeur trahisserait son passage pendant plusieurs jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jacob black
Chasseur de vampires
avatar

Masculin MESSAGES : 97
INSCRIPTION : 18/08/2009
AGE : 26
Localisation : La push
HUMEUR : Bonne

Carte d'identité
Relations ::
Boite à désirs:

MessageSujet: Re: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   Mer 19 Aoû - 14:04

Je fus heureux que le doc ne ce fâche pas lorsque je lui rapportais les paroles de Sam. Carlisle était très diplomate il fallait l’avouer, et rien ne pouvait le mettre en colère visiblement. Lorsque mon message fus passé, je me levais prêt a partir ne voulant pas trop rester dans une maison aillant pour habitant des buveurs de sang. L’odeur des vampires me répugner plus que le fait d’être chez eux. Je m’avançais d’un pat sur vers la fenêtre du bureau que le docteur venait d’ouvrir ce qui signifié qu’il ne voulait pas que je sorte par la porte principale pour ne pas attirer l’attention de sa famille. Je m’apprêtais à sauter lorsque je m’arrêtais soudain. J’avais une question a posé à Carlisle. Elle ne concernait pas sa famille ou autres vampires, non elle concernait la femme que j’aimais. En effet, je voulais à tout prix savoir s’il avait vu Bella ressèment car cela faisait bientôt un mois que je ne l’avais pas vu. Avant, nous passions beaucoup de temps ensemble a discuté de tout et de rien. Elle m’avait soutenu lors de ma transformation et n’avait pas montré de signe de peur lorsque je lui avais annoncé qui j’étais devenu.

Tout chez elle me manquait. La beauté de son visage lorsqu’elle me souriait, la douceur de sa peau, et même, son sens de l’humour qui ne faisait rire qu’elle. Lorsque nous étions à la Push ensemble, nous discutions durant des heures sur la plage ou même dans sa voiture. Elle était la personne qui me comprenait le plus sur cette terre, mais elle avait mis des distances entre nous lorsqu’elle avait apprit mes sentiments pour elle. Cela m’attristait grandement car mon souhait n’était pas de lui faire peur, non, je souhaitais simplement qu’elle sache qu’elle comptait pour moi et qu’elle avait une porte de sortit si jamais elle ne voulait plus de son buveur de sang. Je me retournais doucement pour regardais le docteur Cullen qui me regardait sans que son visage n’exprime la moindre émotion. Je pesais le pour et le contre, puis je me décidais enfin a la demander :


« Docteur. Puis je vous posais une question qui me tiens énormément a cœur ? »

Je ne savais pas trop comment m’y prendre pour demander au docteur ou se trouvait la femme que j’aimais. C’était assez délicat étant donné qu’il était le père d’Edward et que de ce fait, il n’avait aucune raison de me répondre sur l’endroit ou se trouvait la petite amie de son fils. Comme vous vous en doutez, je ne portais pas Edward dans mon cœur car je sentais que si Bella était amoureuse de lui, elle deviendrait tôt ou tard une des leurs et rien que l’idée de la perdre définitivement, sa me brisé le cœur. Edward était quelqu’un d’étrange et d’agaçant car il pouvait lire les pensées des autres. J’avais déjà eu a faire a lui dans le passé et sa capacité a lire les pensées était très gênante. Il savait tout de se que ressentais pour Bella et j’étais certains qu’il s’amusait beaucoup a me voir souffrir. Je pris une grande inspiration et dis :

« Je voulais savoir si vous saviez ou ce trouvait Bella ? Cela fait un mois que je ne l’ai pas vu et je souhaitais savoir si elle aller bien. »

Je craignais la réaction de Carlisle suite a ma question. Mais, sans trop savoir pourquoi, je savais qu’il me répondrait de la façon la plus honnête possible. J’avais confiance en lui et en son jugement, et c’est d’ailleurs cela qui m’agaçait le plus. Je ne voulais surtout pas baisser ma garde devant un vampire de peur de me faire soudainement attaquer. J’étais certain que Rocky, Blondie et le Martyr alias Jasper se feraient une joie de me couper en tranches. L’idée me répugna mais je n’en laissais rien paraître. Je pouvais entendre les conversations de la famille de Carlisle. Ils savaient que j’étais là haut et apparemment, ils avaient eut l’ordre de ne pas monter pour ne pas risquer de déclenché un excès de colère chez moi ainsi que chez eux. Sage décision de la part de Carlisle. J’attendais sa réponse avec une certaine appréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous avons des accords que vous devaient respecter (PV Carlisle)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous avons besoin de vous !
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» Nous avons été éduqués pour détruire le projet de 1804
» [Post GS] - Nous avons perdu une bataille mais pas la Guerre. [Spectres/Prisonniers de Guerre]
» Une honte pour tous les haitiens

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Do I Dazzle you ? :: Forks :: La Forêt :: Villa des Cullen-
Sauter vers: